mardi 23 juillet 2013

Faut avancer, point.

Alors j'avoue, ce qui me plait dans le vélo c'est la simplicité extrême de la situation. Il y a la route, il y a moi, il y a le vélo, et il faut avancer, point.
La technique n'est même pas compliquée tant qu'on n'a pas des ambitions de champion.
Tout le battage que je fais autour de mes parcours ( mes amis facebook sont notifiés automatiquement de chacune de mes sorties ), tous les petits à coté, mes logiciels de suivi sportif, mes gps, ma camera, ne sont que des prétextes, des moyens d'entretenir ma motivation pour ce but simplissime: avancer.

Sur la route il n'y a personne autour de moi pour me demander quoi que ce soit, il n'y a pas d'objectif, pas de compétition puisque je roule seul, aucune complexité quoi.
Enfin des objectifs je m'en suis crées. Le dernier en date est de boucler  500 Km pour le mois de Juillet, après les 450 de Juin et les 400 de Mai.
Mais , toutes proportions gardées, et c'est rien de le dire, c'est un peu comme pour cette étrange Annette Fredskov qui aurait couru 366 marathons en 365 jours: cela ne mènera nulle part.

1 commentaire:

  1. Je ressens les mêmes choses quand je cours. Faut avancer. Une fois parti, faut aller jusqu'au bout. Tes réflexions résument très bien les pensées.

    RépondreSupprimer

commentaire :