vendredi 16 septembre 2016

Les bons moments

(j'avais commencé ce billet mi aout, et puis je suis parti en vacances, et il s'est avéré qu'il était absolument impossible de le terminer avec ma tablette qui se prétend être le fin du fin en matière d'ergonomie. c'est donc un léger flashback sans importance )

L'été chante son dernier couplet , je n'ai pas encore pris mes "grandes vacances " (c'est pour bientôt) mais j'ai déjà tant de bons souvenirs de cette belle saison, que les mauvais moment ne sauraient occulter.

En juillet  il y a eu cette semaine dans le Lot et Garonne chez des amis , dans leur grande bâtisse qui n'a vraiment rien de luxueuse , un ancien centre des impôts en bordure d'une départementale très courue par les camions. En cette saison de fruits et légumes le transport de ces denrées battait son plein. La nuit on sentait même notre lit vibrer doucement à chaque passage de poids lourd sur le ralentisseur, ce qui a donné un caractère unique à ce séjour . Trois ans que nos amis retapent cette maison, ( ils y ont passé leur premier hiver sans chauffage ... ) et il reste encore quelques murs brut de finition et des traces de poussière de plâtre un peu partout.
...



...

Reste que cette maison était vivante et remplie de bonne ambiance ,  un peu comme dans ces films qui retracent les retrouvailles d'amis  un soir d'été autour d'un barbecue, avec guitare et chansons.




Oh bien sur dans ce clip ils ont tous l'air sinistre, et puis mon répertoire est un peu plus enjoué que ça. Le moment collector fut sans doute quand "on" m'a réclamé du Céline Dion et "qu'on" a chanté vraiment très faux mais avec de tels enthousiasme et grand cœur que ça reste mémorable et chaleureux.

J'ai également beaucoup apprécié cette petite balade à vélo avec le copain, qui a eu le bon gout de ne pas m'infliger  son parcours habituel en footing , treize kilomètres qu'il parcourt 2 ou 3 fois par semaine oO'  Il sait que je fais du sport régulièrement mais aussi que je n'ai pas son niveau de forme.
Il m'a donc simplement emmené découvrir son parcours de footing à vélo :) J'ai particulièrement apprécié les passage hors route, à travers champs ou sur des chemin vicinaux herbeux.
J'ai été un peu surpris de découvrir que ces treize kilomètres la comptaient autant de dénivelés que les trente que je parcours habituellement par chez moi .

La campagne toute simple est fort jolie et reposante par la bas.





(mes photos sont garanties 100% truquées, recadrées, améliorées par des baguettes magiques, j'ai même effacé un vilain faisceau de fils électriques sur la dernière) .

Cette semaine campagnarde fut entrecoupée par excursion bordelaise riche en belles découvertes humaines également. J'adore ce moment unique ou après avoir guetté un certain temps, on voit apparaitre pour de vrai une personne connue seulement en virtuel, comme si un personnage de film sortait de l'écran :)
Le séjour s'est presque terminé sur ce sinistre 14 Juillet.

Début Aout  il était prévu que deux amies viennent passer quelques jours chez nous. Le jour même de leur arrivée  j'ai eu la bonne surprise d'avoir un message d'une autre amie de collège pas revue depuis 30 ans, qui venait de réaliser qu'elle passait une semaine à deux pas de chez nous. Elle voulait donc savoir si on pouvait se rencontrer .
Aussitôt dit aussitôt fait , elle et son mari nous ont rejoint pour le café en début d’une après midi qui s'est allongée jusqu'après la tombée de la nuit. Ils avaient l'air de bien se plaire chez nous et le mari a fait rebondir la blague récurrente que finalement ils seraient mieux chez nous que dans le gite qu'ils avaient loué. Tellement récurrente qu'à force on était presque au bord d'un léger malaise mais
cette après midi fut fort agréable et je suis ravi que des amies perdues de vue de si longue date n'aient pas trop d'hésitations  à venir me retrouver, même si bien sur FB avait permis auparavant de briser la glace du temps qui passe.
Et puis le cocktail de ces gens qui ne se connaissaient pas a aussi très bien fonctionné.

Les quelques jours suivant avec ces deux amies n'ont pas été de tout repos, elles étaient à un rythme "vacances" alors que ma chérie et moi travaillions encore . Mais leurs sourires et bonne humeur ont apporté une bonne bouffée d'air alors que j'étais assez plombé par l'approche du week-end suivant .

J’ai eu une conversation particulière avec une des deux amies, qui venait de perdre son frère trois mois après avoir perdu son père. On a eu forcement des choses à partager,  je me suis senti un peu moins seul dans l'adversité, mais je lui ai peut-être trop infligé mon vécu dans  cette situation ainsi que ma perception de "la vie la mort", changeante ces derniers temps,  alors qu'elle en est encore à se demander comment elle allait vivre cette situation nouvelle pour elle.
Mais nous ne sommes pas resté la dessus. Assez curieusement (ou à propos ?) ma chérie est venu nous interrompre pour nous montrer ces beaux habits qu'elle m'avait acheté pour le mariage.
Ah ! ce mariage ! point d'orgue de cet été ! J'en ai parlé un peu dans un commentaire de billet précédent. Une chose qui m'a frappé a été  la découverte d'un genre de personne inconnu de moi jusqu'ici: des jeunes de trente ans !
Qu'ils étaient belles et beaux, semblaient tellement bien dans leur peau , étaient agréable à regarder et à écouter, n'avaient l'air ni trop jeunes ni trop vieux. La trentaine est une période bénie je crois bien.
Bien sur il semblait y avoir dans leur génération un pourcentage de chômeurs bien plus important qu'à mon époque, mais ça n'avait pas l'air d'entamer leur bonne humeur, en tout cas pendant ce week-end de réjouissance.
De retour pour reprendre le boulot, nous attendions beaucoup le week-end suivant pour jouir enfin d'un peu de tranquillité. Nous avons eu alors la visite surprise de ma sœur "des iles" qui est venu passer quelques jours chez nous. Je crois que c'est là que mon coté autiste a activé mon mode "veille" et j'ai simplement attendu que le temps se passe jusqu'à nos vraies vacances. J'ai rarement reçu ou visité autant de monde en un seul été, moi qui me prétend sauvage et solitaire.

Je note pour plus tard qu'à ce moment là mon exéma qui se cantonnait alors aux poignets et pliures du coude, a lancé une offensive généralisée sur mon front, qui me démangeait fort et desquamait à l'envie. Et puis mes deux semaines et demi de vacances en Corse ont opéré un petit miracle de Lourdes: cet exéma s'est complétement résorbé, rendant à ma peau la douceur du bébé qui vient de naitre :)

Les démangeaisons se sont manifestées à nouveau pile poil à mon retour ....




5 commentaires:

  1. Tu es peut-être allergique à ta soeur ;)

    RépondreSupprimer
  2. Comme quoi nous avons chacun nos critères d'appréciation... et d'achat de nid !!

    Bleck

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 180m², cinq grandes chambres, grand terrain, commerces à proximité: : 65 000 € !
      perso ça m'interpelle même si je ne supporterais pas la proximité des camions.

      Supprimer
    2. Ah oui en effet ! alors je peux te dire que moi également ça m'interpelle mais que je ne suis pas prêt à supporter des camions ou des automobiles ou le brouhaha des rues piétonnes ou les couloirs aériens ou la proximité immédiate du tramway ou des lignes sncf... c'est notre critère numéro 1 c'est aussi pourquoi nous avons payé 295 000 Euros/100 mètres carrés d'un pavillon tout ce qu'il y a de plus banal mais en lisière d' une forêt inconstructible protégée par natura 2000...

      Bleck

      Supprimer

commentaire :