mardi 10 octobre 2017

ma vie sexuelle cinématographique avec Elle

Nous sommes revenus de nos grandes vacances il y a tout juste un mois et depuis je suis moi même surpris d'avoir déjà vu trois films au cinoche avec Elle, grande cinéphile et même ciné-phage selon moi. D'ailleurs elle en a vu un quatrième sans moi.
Depuis la rentrée, j'essaie de suivre un peu son rythme histoire de passer des moments sympa ensemble. En lisant divers témoignages deci dela je me suis rendu compte que ces distractions favoriseraient certains rapprochement qu'on pourrait négliger avec le temps qui passe.


...



...

Cet été j'avais fait l'immense effort d'aller voir  le x-eme remake de "Spiderman" avec elle, sinon elle y serait allé sans moi, en plein samedi  après-midi. Deux jours avant elle était allé voir "Valerian" seule, ne me dites pas qu'elle est frustrée de cinéma ? Et deux semaines auparavant elle était allé pour la première fois au cinoche avec une collègue en sortant du boulot, m'en disait qu'elle était ravie d'avoir enfin une collègue qui aime le cinéma "Art et essai" ( lol, Spiderman, Valerian, ^^ ), que justement le mari de cette collègue n'aimait pas le cinéma non plus et que surement elles referaient ça.
J'ai râlé qu'elle exagérait de dire que je n'aimais pas le cinoche, on y va en gros tous les mois ou deux ensemble, mais effectivement pas toutes les semaines. Je l'ai mise en garde qu'elle ne prenne pas le pli d'aller voir avec cette collègue des films qu'on aurait plaisir à voir ensemble puisque justement elle venait de m'en parler d'un avec Fanny Ardant, que j'aime beaucoup. Elle est monté sur ses grands chevaux "JAMAIS je ne ferais ça !" Mon oeuil oui, n'importe qui lui propose n'importe quelle sortie , elle dit oui et après éventuellement elle m'en parle. Enfin bref: on est allé voir Spiderman, qui m'a barbé comme attendu 👴. En sortant il m' échappé un " j'aurais préféré une bonne séance de cul" et s'en est suivi une discussion sympa sur nos rapports au sexe ces derniers temps. Y'avait matière à causer 😏 Donc j'ai bien fait d'aller voir ce film avec elle ^^

Quelques temps plus tard, toujours cet été, on est donc allé voir ce film avec Fanny Ardant: Lola Pater  qu'elle avait réservé pour moi malgré que sa collègue lui avait proposé aussi 😁
Entre temps j'avais lu le sujet, qui ne m'avait pas emballé mais je me suis senti un peu auto-piégé. Et le film m'a barbé aussi 😐. Je trouve ça trop facile: on met en scène une excellente actrice sur un sujet vaguement tendance et du coup on néglige d'écrire un bon scénario ou une bonne histoire. Il ne se passe pas grand chose dans ce film. Ça prétend faire découvrir que les transsexuels sont des personnes qui ont droit au respect comme tout le monde: qui ne le sait pas encore ?  Et de façon fort attendue , le fils de Lola qui d'abord ne supporte pas de découvrir que son père s'est transformé en femme, et bien finalement l'accepte.
Elle a beaucoup aimé le film, ce qui nous a donné l'occasion d'une discussion sur les pour et les contre, c'est toujours intéressant et un bon moment passé ensemble.

Depuis la rentrée nous avons vu dans l'ordre:
120 battements par minutes .
Le sujet m'en avait paru un peu trop grave pour moi, je suis un garçon très sensible, mais c'est la bande annonce qui m'a convaincu. Ce film est habité par un rythme fou, une vie bouillonnante et une inventivité folle , une rage de vivre pour ces victimes du sida quand la lutte contre l'épidémie n'en était qu'à ses balbutiements. J'étais déjà adulte à cette époque, déjà en couple avec elle, la dernière génération à avoir échappé à la contrainte du préservatif (dans la mesure ou nous sommes toujours restés fidèles l'un à  l'autre ). A l'époque je n'avais pas perçu la réticence des pouvoirs publiques à gérer une épidémie qui frappait essentiellement les gays, les prostituées et les drogués, la lie de la société quoi.  Les acteurs sont vraiment formidables et ça fait du bien de découvrir des inconnus , en tout cas de moi. J'ai *juste* quitté la salle un quart d'heure  avant la fin. Je n'avais pas envie de voir ce jeune homme formidable et touchant crever à petit feu.
J'ai attendu ma douce dans le hall du ciné, elle a cru que je n'avais pas aimé le film, je l'ai détrompé et elle a reconnu que la fin était plombante. Ca reste un film formidable.

Dans la série des films construits autour d'une actrice, nous avons vu d'un commun accord
"Un beau soleil intérieur" avec la merveilleuse Juliette, qui a toujours de tels naturel et simplicité qu'on a l'impression de la connaitre personnellement, que c'est une amie, une bonne voisine (Fanny Ardant est un peu plus inaccessible  ) Juliette Binoche bien sur. Notre enthousiasme commun pour elle nous a peut-être fait négliger de lire les critiques ou de regarder la bande annonce avec assez d'attention.
Le film a un parti pris de dialogues assez barbant , coupage de cheveux en quatre, psycotages ou pétage de plomb qui s'éternise , c'est intéressant quand ça s'inscrit dans un ensemble  mais là il n'y a QUE ça. Mon attention s'est bien vite évaporée de la salle  . Déception donc. Mais au moins ma chérie a été du même avis que moi, c'est toujours bon d'être sur la même longueur d'onde que sa moitié. Et Juliette reste une belle personne, une belle femme. Ma chérie a eu un petit pincement en découvrant qu'elles avaient presque le même âge. Je l'ai tranquillisée: Juliette Binoche est une actrice, son apparence fait partie de son fond de commerce, elle doit beaucoup investir dedans.

Rendu là le bilan de l'été était bien maigre: quatre films et peut-être un seul qui m'a intéressé: 120 battements par minutes, encore qu'aller au cinéma pour pleurer ne fasse pas partie de ma démarche.
J'ai eu envie d'aller voir "Le sens de la fête" en me disant que là au moins ça serait simple et distrayant et j'aime bien Jean-Pierre Bacri.  J'ai cependant décelé un rare manque d'enthousiasme chez ma nana, qui elle me proposait d'aller voir "Blade Runner 2049". Je suis un ex fan de science fiction, Philip K. Dick et quelques autres ont nourri ma jeunesse, et bien sur j'avais vu le premier Blade Runner quand il était sorti en 1982 (Oh my god  ...) , j'en gardais un bon souvenir donc va pour Blade Runner 2049 même si je suis pas emballé par tous ces remake et "la suite" ,  "les origines", "the return", "the beginning" etc.
Nous l'avons vu samedi soir (elle a été surprise que je sois partant après mon après midi à la plongée en apnée, mais j'avais envie d'une sortie avec elle aussi ) Et la : Bingo ! Un vrai bon film, qui combine à la fois de vrais bons acteurs, (Ryan Gosling est décidément excellent),  des personnages qui ont de la consistance et de la complexité (cette méchante qui laisse échapper des larmes de rage !) une histoire intéressante, qui nous balade comme elle veut. Une scène m'a particulièrement troublé: quand l'hologramme de sa petite amie virtuelle vient se superposer au corps d'une vraie femme qu'elle a fait venir pour avoir une vraie dimension charnelle à lui offrir. L'image d'une femme sexy qu'on essaie absolument de croire réelle à s'en déboiter la cervelle, ça me parle ...
Sous couvert de science-fiction , d'effets spéciaux sophistiqués et bien sur de baston générale par moment, "Blade Runner" traite de vraies questions existentielles: que somme nous ? combien de temps avons nous a vivre ?
Ma chérie a beaucoup aimé aussi. Enfin un film qu'on partage !


6 commentaires:

  1. Ah le film qu'elle a vue seule entre temps c'est "Barbara", qui m'aurait peut-être tenté, mais elle m'en a dit que c'était encore un film bizarre, qui oscille entre la vie de la vraie Barbara et celle de l'actrice qui joue ce rôle, et que par moment on ne sait plus de quelle bio ça parle ...
    Je ne crois pas que je vais continuer à suivre son rythme.
    Aller voir tant de film pour n'en aimer que si peu ?
    Et puis j'avais oublié: en septembre on est aussi allé voir un concert de David Gilmour au cinéma. c'est un concept un peu étrange: rediffusion d'un concert live dans un réseau de 2000 salles de cinéma à travers le monde, à une date unique. C'était pas mal quand même mais à 45e la place, ça se discute ...)

    RépondreSupprimer
  2. Ca fait un moment que je n'ai pas été au ciné avec mon homme.
    Je crois que la dernière fois c'était pour voir un film chilien super triste à l'Utopia (là où on avait pris un pot tous ensemble ;-))
    On en était ressorti triste et déprimé!
    Juliette Binoche elle a un an de plus que moi... Rho... Bah oui elle a les meilleurs vêtements, les meilleurs coach, la meilleure femme de ménage... qui lui laisse le temps d'aller dans les meilleurs instituts de beauté...
    Et puis le maquillage ça fait énormément!!! Je m'en suis aperçu en allant à la TV : il vous enlève 10 ans d'un coup de make up!
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. le maquillage bien sur ! d'ailleurs y'a qu'a chercher "Juliette Binoche au naturel" et les images parlent d'elles même, je le rappellerai à ma nana, merci :)

      Sinon allez voir Blade Runner en famille ? rien d'excessivement violent , en tout cas ça ne s'attarde pas dessus, et rien d'excessivement sexe non plus.

      Supprimer
  3. Ou alors qu'elle regarde Carla Bruni qui est plus jeune que nous... Ex-top modèle : en promo en ce moment à la tv on se demande ce qu'elle a fait à son visage pour avoir l'air aussi étrange!
    Blade Runner c'est pas mon style de film mais je suis sûre que Titi et El Marido apprécieront :-)

    RépondreSupprimer
  4. pour clore la rubrique cinématographique: samedi on a vu "Le sens de la fête", un peu par dépit parce que les critiques étaient un peu tièdes mais que c'était le seul film qui passait à un horaire qui nous convenait par rapport à deux autres que ma chérie avait dans le collimateur: "L'atelier" qui ne me semblait pas très divertissant, et "numéro une" , que j'aurais peut-être préféré voir, encore que valoriser une femme parce qu'elle devient la première à diriger une entreprise du CAC40 me laisse perplexe.
    Enfin bref on a vu "Le sens de la fête" et ce fut une très agréable surprise, malgré la première séquence à l'humour tellement facile et plat qu'on se dit que ça va être long. En fait pour une fois Bacri n'en fait pas de trop dans le genre De Funes bougon, et il y beaucoup de seconds rôles qui font tout le sel de l'histoire. Quand le lendemain on se surprend à repenser à telle ou telle autre séquence , c'est à cela qu'on reconnait un bon film: il vous accompagne quelques temps. Voila pourquoi je trouve parfois dommage d'aller au cinéma trop souvent. Je crois que je vais dire à ma nana qu'elle peut retourner au cinoche avec sa collègue :)
    Mais ces sorties cinoche nous ont bel et bien rapprochés ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ma mère m'en a parlé il y a deux jours, et me l'a fortement conseillé. :)

      Et cool pour la conclusion!

      Supprimer

commentaire :